Un Guide Pour Réussir Le Dry January (ou Comment Se Débarrasser De Vos Mauvaises Habitudes)

Vous avez peut-être entendu parler du “Dry January” ou “janvier sec” dans la langue de Molière ? Ce concept a été créé par l’association britannique Alcohol Challenge en 2013 et est relayé en France par la Fédération Addiction cette année.

Le challenge est simple : ne pas boire une goutte d’alcool durant tout le mois de janvier, même les quelques millilitres de liqueur secrètement enrobés dans un chocolat.

Sa mise en œuvre, elle, est beaucoup plus compliquée ! Quelles que soient vos habitudes et votre fréquence de consommation, les occasions seront nombreuses de se laisser tenter par un petit verre durant ce mois de janvier.

Précisons tout de suite : non, il ne s’agit pas de s’affranchir encore une fois de l’un des étendards des plaisirs de la vie, ni de déclarer la guerre à l’industrie de la bière, du vin et des spiritueux.

L’enjeu, en plus de celui naturellement lié à la santé, est de comprendre son rapport à la consommation d’alcool et d’y apporter les modifications que nous jugeons nécessaires.

Léa et moi avons donc fait le choix de nous joindre aux participants français et aux 4 millions de Britanniques qui ont joué le jeu l’année dernière.

Nous avons vu dans le Dry January une parfaite opportunité :

  • de faire une pause bienvenue après les fêtes
  • de poser les bases d’une amélioration de notre bien-être
  • de diminuer notre consommation d’alcool à court/moyen/long terme

Pour nous qui avons décidé de placer l’année 2020 sous le signe du bien-être physique, ce challenge tombe à pic !

Nous reconnaissons tous les deux volontiers que notre consommation dépasse les limites recommandées. Par goût d’abord, par nécessité ensuite (j’ai travaillé dans l’industrie des vins et spiritueux pendant 10 ans.), mais aussi par habitude !

Par habitude de ce « petit verre »-là, vous savez…

  • celui qui accompagne le lunch avec les collègues
  • celui qui clôture la journée de travail avec un collègue ou un ami
  • celui qui marque le début de l’apéro avec son conjoint
  • celui qui accompagne le repas du soir en famille ou avec un client
  • celui qui se transforme en digestif avec une meilleure digestion pour prétexte

Quand cela se transforme en plusieurs petits verres, cette habitude devient une “mauvaise habitude”. Et les mauvaises habitudes sont bien souvent très difficiles à abandonner !

Je souhaite donc partager avec vous quelques conseils pour vous aider à poursuivre ce challenge avec succès.

Plus largement, l’heure étant aux résolutions, vous pourrez les appliquer à toutes celles qui commencent par “je vais arrêter de…”, ainsi qu’à toutes les mauvaises habitudes dont vous aimeriez vous débarrasser !

 

Définir clairement son engagement

Il va de soi que votre motivation ne doit pas être fondée sur un effet de mode ou parce que ça à l’air sympa : « cool le Dry January, je participe », « mon mari a décidé d’arrêter de boire pendant un mois, je me suis dit « pourquoi pas moi » ? ». Cela peut marcher bien sûr, mais il est fort probable que ce ne soit pas le cas.

Premièrement, formulez clairement votre intention initiale. Pourquoi voulez-vous arrêter de boire pendant un mois ? Quels bénéfices pensez-vous en tirer ?

Par exemple, dans notre cas, notre intention de base est de « prendre davantage soin de notre bien-être corporel cette année » pour des raisons qui nous sont propres. Ayant identifié notre consommation d’alcool comme étant l’un des aspects nécessitant une correction, nous avons décidé de participer au Dry January.

Plus clairement sera formulé votre engagement, plus de chance vous aurez de réussir.

 

S’engager fermement

Cela passe d’abord par un engagement envers soi-même. Si vous avez décidé de ne pas consommer de boissons alcoolisées pendant 1 mois, commencez dès aujourd’hui, pourquoi remettre à demain ? Prouvez-vous que vous souhaitez réussir et que vous allez réussir. Cela passe par un premier pas.

Il est également très important d’en parler autour de vous, d’expliquer à vos proches  votre démarche, pourquoi vous le faites et de partager vos accomplissements durant ce mois. Cela vous permettra :

  • de formaliser votre engagement
  • de gagner en motivation
  • de trouver du soutien et des félicitations bienvenus pour vous aider à aller jusqu’au bout de votre démarche

Et bien sûr, d’éviter aux personnes dans la confidence de vous proposer un verre la prochaine fois que vous les verrez !

Si possible, réalisez ce défi avec un proche pour qu’un soutien naturel s’organise.

Vous voulez réussir ? Alors mettez toutes les chances de votre côté !

 

Être conscient de ce qui déclenche votre mauvaise habitude

Une mauvaise habitude ne s’active pas par miracle, il faut pour cela la présence d’un élément déclencheur. Vous voyez quelqu’un fumer alors vous allumez une cigarette, vous vous ennuyez dans votre canapé alors vous scrollez sur votre téléphone, vous êtes stressé alors vous grignotez, arrive la fin de journée de travail alors vous cherchez à vous détendre en ouvrant une bière…

Pour ma part, j’ai remarqué que ma consommation d’alcool correspondait à des moments bien précis : le soir pour couper de la journée et le week-end pour couper de la semaine. En dehors de ces moments, je n’en bois quasiment jamais et je n’y pense même pas. L’élément déclencheur pour moi est donc la fin de journée, lorsque je me sens libéré des « engagements » dont la soirée me soustrait.

Ces prochains jours, prenez le temps d’observer votre élément déclencheur (il peut y en avoir plusieurs.), cela vous permettra, en plus, de comprendre ce que cette habitude vient combler.

Construire une habitude de remplacement

Il n’existe pas d’astuce qui vous débarrasserait de votre mauvaise habitude comme par magie, encore moins lorsqu’il s’agit de l’alcool, la cigarette, le sucre, etc. Il vous faudra donc agir !

Maintenant que vous avez identifié ce que votre mauvaise habitude vient combler, pourquoi ne pas la remplacer par une nouvelle habitude plus saine et plus en alignement avec votre personne ? Par cette activité que vous avez toujours voulu faire, mais pour laquelle le temps vous a toujours manqué. Cela vous permettra de vous distraire et vous sera d’une grande aide au moment où la tentation de la mauvaise habitude sera plus forte.

Dans l’exemple qui est le mien, à savoir la recherche d’un moment de détente, une bonne idée pourrait être de faire plus de sport, méditer davantage, commencer le yoga, faire la cuisine avec Léa, etc. lorsqu’arrive la fin de la journée.

Idéalement, agissez en amont de votre élément déclencheur !

 

Faire face à son empressement

La fin de journée approche, je sens grandir en moi ma gourmandise naturelle. Elle va crescendo, j’en salive littéralement, le sang afflue à l’extrémité de mes doigts, l’impatience s’installe, parfois même l’énervement de cette impatience. Il me faut combler ce besoin, j’ai l’impression que sinon, il ne s’en ira pas.

Vous aussi, prenez conscience de tout ce qui se passe dans votre corps lorsqu’arrive la tentation de boire un verre durant ce Dry January ou toute autre mauvaise habitude qui s’impose véritablement à vous.

Observez les tensions, votre posture, les émotions qui vous traversent. Regardez-les sans les juger, il n’y a pas de mal à ce qu’elles soient présentes en ce moment.

Remarquez comme votre mental vous presse de faire ce quelque chose que vous souhaitez corriger.

Après quelques instants, vous serez surpris de voir votre tentation s’affaiblir, jusqu’à disparaître complètement. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à sortir marcher quelques minutes, à exprimer oralement ce que vous ressentez auprès d’un proche, etc.

 

Stop aux excuses

Que vous soyez en plein Dry January, en train d’arrêter de fumer, résolu à faire plus de sport, etc., il est fort possible que votre mental essaye de vous détourner de votre intention initiale.

Il est effectivement très fort pour chercher des justifications, des excuses, autrement dit pour rationaliser votre ex-mauvaise habitude et vous donner envie d’abandonner cette résolution qui était la vôtre.

Quelles que soient ces justifications, restez sourd à leurs sirènes, rien de ne doit vous détourner de votre intention ou de votre nouvelle habitude mise en place.

 

Bienveillance et gratitude, toujours

Si aujourd’hui vous avez réussi à ne pas boire d’alcool ou à contrer votre mauvaise habitude, complimentez vous d’avoir réussi, littéralement.

Si vous n’avez pas réussi, ce n’est pas grave, soyez bienveillant envers vous-même, demain sera un autre jour.

 

À la fin du mois, je partagerai avec vous le résultat de mon Dry January, les ressentis, les enseignements tirés et toutes les solutions que j’aurais pu y apporter.

Vous participez aussi au Dry January ? Ou vous travaillez sur une autre mauvaise habitude dont vous souhaitez vous débarrasser ? Alors faites-le moi savoir en contact ou sur les réseaux sociaux ! Venez partager vos accomplissements !

 


Vous avez aimé cet article ? Celui-ci pourrait vous inspirer également : 3 Conseils Indispensables Pour Enfin Tenir Vos Résolutions du Nouvel An


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *