Comment Pratiquer La Pleine Conscience au Quotidien (partie 1 : bienfaits & motivation)

 

« La méditation n’est pas une thérapie, c’est une proposition d’hygiène mentale, de style de vie. »

Christophe André

 

Cet article est le premier d'une série à venir sur le thème de la pratique de la pleine conscience au quotidien et destinée à vous accompagner à l'implémenter dans votre routine quotidienne. 

Avant d'aborder la question du "comment", je souhaite prendre le temps du "pourquoi". 

Cette étape préalable est essentielle puisque c'est celle qui définira votre intention initiale, et donc votre motivation à vous asseoir le plus régulièrement possible. 

Dans cette première partie, je vous propose de découvrir ou de redécouvrir les bienfaits de la méditation de pleine conscience, afin que chacun puisse y trouver ses propres motivations, et de vous aider à les formuler du mieux possible.

J'allais oublier... Si la pleine conscience vous intrigue, mais que sa définition n'est pas encore très claire à vos yeux, n'hésitez pas à faire un petit tour sur la FAQ. 

 

Déconstruisons tout de suite le cliché.

Ma première rencontre avec la méditation de pleine conscience date de 2013. À ce moment-là, la pratique de la méditation en France était encore assez peu répandue et souvent réduite à l’image du moine tibétain reclus pendant plusieurs années dans le silence de sa grotte.

En 2013, il y avait très peu de ressources disponibles pour le débutant en méditation. Il n’était pas rare de trouver quelques articles sur le sujet, mais les méditations guidées que nous pouvons désormais trouver sur Internet, ou sur les applications smartphones, n’existaient pas ou commençaient tout juste. Le grand public ne s’intéressait pas encore à cette pratique qui reste d’ailleurs assez incomprise aujourd’hui.

Néanmoins, ma curiosité était déjà éveillée ! Comme j’ai la chance d’être anglophone, je suis donc parti à la rencontre de la mindfullness dans le pays qui l’a popularisé : les États-Unis. Un nouveau monde s’est ouvert à moi.  J’y ai fait la connaissance des maîtres spirituels les plus célèbres (Thich Nhat Hanh, Eckart Tollé, John Kabat-Zinn…), mais aussi d’influenceurs (Léo Babauta, Joshua Becker…) et de personnalités publiques, scientifiques et du monde de l’entreprise qui avaient déjà intégré depuis des années la pratique de la méditation à leur quotidien.

Quelle surprise de découvrir que certaines entreprises proposaient des séances de méditations quotidiennes (et dans une salle dédiée !) à leurs employés ! Et de constater que la bienveillance au coeur de la culture d’entreprise offre de tels résultats !

Nous sommes bien loin de l’image du moine n’est-ce pas ?

Alors j’ai commencé moi aussi à méditer. Timidement, à l’abri du regard de Léa qui pourtant me comprenait, et sans jamais en parler autour de moi.

Je m’asseyais sur mon lit, je fermais les yeux et restais ainsi en silence quelques minutes sans trop savoir quoi faire d’autre que suivre le rythme de ma respiration.

Pourquoi je le faisais ?

 

1. Parce qu’il s’agit d’une approche dénuée de tout aspect religieux et ésotérique, dont les bienfaits sont validés par la science.

 

La méditation de pleine conscience offre effectivement à ses pratiquants de très nombreux bienfaits. Parmi eux :

  • une meilleure gestion des émotions, du stress et de l’anxiété,
  • une capacité d’attention et de mémoire plus importante,
  • elle favorise également la santé cardio-vasculaire,
  • elle améliore les capacités relationnelles et de communication,
  • elle soulage le perfectionniste, le manque de confiance en soi, l’impulsivité, l’insomnie… jusqu’aux troubles de la sexualité !

Deux aspects en particulier retenaient déjà particulièrement mon attention (non, ce n’est pas le dernier) : la gestion des émotions et de l’anxiété.

J’avais découvert, peu de temps avant, ma propension à l’anxiété. Quant à la gestion des émotions, j’ai toujours trouvé ce sujet fascinant !

Imaginez être capable de gérer son stress, son anxiété ou toute autre émotion permettant d’améliorer son quotidien et réaliser ses rêves.

Imaginez être en mesure de ne plus laisser nos émotions nous envahir et avoir une telle influence sur nos réactions et nos décisions que nous regrettons par la suite.

C’est-à-dire, pour une situation X, apporter une solution Y qui ne soit pas une réaction mais une réponse plus appropriée et surtout plus en harmonie avec soi et envers les autres.

L’impact de la régulation émotionnelle dans notre bien-être au quotidien peut être considérable !

J’avais déjà pioché dans différentes boites à outils pour mieux contrôler mes émotions, la PNL par exemple. Mais toutes m’ennuyaient, je les trouvais trop analytiques et trop subordonnées aux désirs de l’égo.

La méditation de pleine conscience, au contraire, offre cette promesse de vivre plus intentionnellement et en toute écologie personnelle.

Elle est plus qu’une boîte à outils, elle est un style de vie.

 

2. Parce que cela fait du bien, tout simplement.

 

Imaginez un ciel chargé de gros nuages menaçants. Ils sont vos pensées et vos émotions négatives, ils sont toutes les difficultés que vous traversez actuellement. Imaginez à présent qu’ils s’écartent peu à peu, laissant progressivement un peu plus place à ce joli rayon de soleil pour briller à nouveau. Peut-être même pouvez-vous ressentir sa chaleur sur votre visage, sa douceur réconfortante ?

Cette sensation, c’est celle que procure quelques minutes de méditation.

Pourquoi attendre pour en faire l’expérience ? Je t’invite à prendre ces deux prochaines minutes pour faire cet exercice très simple :

 

1/ Installe toi d’abord confortablement sur ta chaise, les deux pieds bien ancrés au sol, le dos et la tête droite mais pas tendue.

2/ Prends trois grandes inspirations par le nez, trois expirations par la bouche. À la dernière expiration, ferme les yeux. 

3/ Reste quelques instants au contact de ta respiration. Si possible, sens ton abdomen se gonfler à l’inspiration (tu peux mettre tes mains sur ton ventre pour une meilleure sensation) et l’air sortir de tes narines à l’expiration. 

4/ Si tes pensées vagabondent, note-le, sans porter de jugement, et reviens à ta respiration.

5/ Quand tu le souhaites, ouvre les yeux, et reviens tranquillement à ta lecture :)

 

Agréable, n’est-ce pas ? Peux-tu déjà ressentir que ton corps et tes pensées sont plus légers que tout à l’heure ?

Prends encore quelques instants pour noter tous tes ressentis.

Remarque également que tu te trouves dans une meilleure disposition d’esprit pour aborder les tâches de la journée à venir.

Bien sûr, les nuages reviendront toujours, inlassablement. Mais plutôt que de laisser votre ciel s’obscurcir encore et encore, la méditation de pleine conscience vous entraînera à laisser ce petit espace entre les nuages, à les regarder aller et venir, sans jugement, et à vous rappeler qu’au-dessus des difficultés de la vie, le soleil brille éternellement.

Nous passons beaucoup de temps à entretenir notre corps, c’est une excellente chose, alors pourquoi ne pas consacrer quelques minutes à nous occuper du bien-être de nos pensées ?

Pour se changer les idées, certains préfèrent aller courir ou ouvrir une bonne bière. Et bien moi, je médite le matin, je vais courir le soir et ne m’empêche pas de me désaltérer 🙂 !

 

3. A présent, formulez clairement vos motivations

 

Si vous êtes arrivés à cet endroit de l’article, c’est que votre curiosité est éveillée comme la mienne a pu l’être. Peut-être avez-vous envie d’incorporer cette pratique dans votre quotidien, de manière plus ponctuelle, ou tout simplement de tester une fois ou deux, juste comme ça.

Dans tous les cas, c’est un très bon choix ! Et je vous invite à lire mon deuxième article sur le sujet la semaine prochaine !

Avant de clôturer celui-ci, je vous propose de prendre le temps de faire un point sur vos motivations.

Tout comme le coureur à pied fait du footing pour perdre du poids, faire du cardio etc., il est important pour le méditant de bien comprendre ses motivations et de bien les formuler. Ce sont elles qui vous inciteront à prendre le temps de vous occuper du bien-être de votre esprit !

Pour se faire, je vous propose de vous reporter :

  • aux bienfaits que j’ai listés plus haut,
  • aux premiers ressentis liés à votre expérience au contact de votre respiration,
  •  à tout autre idée que cet article a pu vous inspirer.

Par exemple si, comme moi, apprendre à mieux réguler votre anxiété est votre principale motivation, formulez-le dès à présent « je m’assois aujourd’hui pour faire de l’espace dans mes pensées et calmer mon anxiété ».

Conseil #1 : Inutile d’être trop spécifique. Soyez clairs et concis.

Conseil #2 : Veillez également à la formuler de manière positive : votre inconscient ne comprend pas le négatif !

Évitez par exemple les phrases du type :

« je m’assois aujourd’hui pour faire de l’espace dans mes pensées et ne plus être anxieux»,

« je médite pour ne plus être si impulsif et ne plus faire de mal à mes proches ».

Votre motivation et donc votre intention doivent rester positives !

Par la suite, je vous inviterai à prononcer cette phrase avant chaque méditation. Cela vous aidera à ancrer votre pratique dans votre quotidien.

 

En attendant le prochain article, n’hésitez pas à partager vos motivations sur les réseaux sociaux du blog !

Visit Us
Follow Me
Tweet