Comment Apporter Plus De Conscience Dans Le Travail à Domicile Confiné

 

Ainsi, nous sommes tous invités, quand cela est possible, à télétravailler. Ou plus largement, à travailler depuis notre domicile, puisque nous n’avons plus la possibilité de nous déplacer.

Ce qui était le rêve de beaucoup est devenu une réalité soudainement contrainte au plus grand nombre par les exigences du moment.

À première vue, l’idée pouvait séduire. Chouette, enfin la possibilité d’aménager mon programme comme je le souhaite, de ne plus subir les transports en commun ou l’humeur massacrante de mon n+1, et de pouvoir enfin consacrer plus de temps pour moi !

Oui, mais la réalité est bien différente. Travailler depuis son domicile chamboule un grand nombre d’habitudes et demande organisation, rigueur et discipline personnelle.

Le challenge est d’autant plus grand que personne n’y était préparé, ni les entreprises (dont la très grande majorité sont organisées de manière traditionnelle), ni les employés. Et plus encore parce que les conjonctures de chacune des deux parties sont  également soumises à rude épreuve.

Ainsi, nous sommes invités à travailler à un rythme nouveau. S’effondre le mythe de la vitesse, qui donne à l’Homme l’illusion de maitriser le temps, tandis que la lenteur prend son essor et nous invite à redéfinir notre relation au travail.

Cette période, à la fois très compliquée et très pénible, nous offre malgré tout la possibilité d’apporter davantage de conscience sur une partie de notre vie qui laisse ordinairement peu d’espace à l’intériorité.

Travailler plus en conscience pour travailler mieux, pour réussir à gérer ses temps faibles et ses temps forts, lorsqu’ils reviendront, pour le bénéfice de tous.

Travailler plus en conscience, pour son bien-être personnel, pour traverser le confinement aussi calmement que possible et emporter avec soi de précieuses habitudes qui nous soutiendront une fois que cela sera terminé.

Vous l’aurez compris, je veux, par extension, vous parler de pleine conscience au travail, dont les bénéfices sont maintenant largement admis. Parmi eux :

  • meilleure gestion des émotions au sein de cette période mouvementée
  • diminution du stress
  • amélioration du relationnel
  • booster de la créativité
  • favorise concentration et productivité

Alors, commençons dès maintenant, afin d’optimiser cette période de travail à domicile confiné !

 

Bien délimiter les sphères professionnelle et personnelle

Avez-vous déjà entendu parler du phénomène de « blurring » ? Ce terme est apparu il y a quelques années pour désigner la disparition des frontières entre la vie personnelle et la vie professionnelle.

  • En 2014, 67 % des salariés européens étaient sollicités par leur travail en dehors de leurs horaires professionnels selon une étude de l’ENRED.
  • En 2016, 37 % des actifs disaient utiliser les outils numériques professionnels hors temps de travail selon une étude Eléas.

Conséquences de ce phénomène ?

Côté pro : baisse de la qualité du travail, de la concentration, la créativité descend en flèche.

Côté perso : fatigue psychique, stress, surcharge informationnelle et émotionnelle, etc. Le tout pouvant mener au burn-out.

La faute à l’hyperconnexion, qui nous permet d’envoyer des emails depuis le domicile, les transports en commun, le petit déj en vacances, etc. mais pas que…

D’après Marie Flévin, coach à Paris, « ce phénomène touche certaines typologies de personnes. Celles qui ont du mal à poser des limites, les perfectionnistes, les personnes qui manquent de confiance en elles, celles qui ont peur d’être prises en défaut ».

Vous l’avez compris, si je vous parle ici du blurring, c’est parce que, pour les personnes qui travaillent actuellement depuis chez elles, vie professionnelle et vie personnelle cohabitent sous le même toit.

Et si cette période de confinement peut accentuer les souffrances de ceux qui en étaient déjà victimes, cette zone de flou peut en aspirer d’autres tout à fait naturellement.

Comment faire pour éviter ce stress inutile ? Commencez par matérialiser l’espace et le temps de travail !

  • Concernant l’espace de travail, si vous avez un bureau ou une pièce dans laquelle vous pouvez vous isoler, formidable. Si ce n’est pas le cas, essayez d’aménager un espace qui sera dédié uniquement à votre vie professionnelle.
  • Concernant le temps de travail, restez fidèles à vos horaires habituels, ou aménagez des plages de travail bien précises dans votre planning de la journée.

Quoiqu’il arrive, ce temps et cet espace ne doivent être dédiés qu’à votre travail. Si vous avez des enfants, prenez le temps de leur faire comprendre que vous êtes en train de travailler. Vous êtes physiquement présent, mais votre énergie est orientée comme elle l’est habituellement au bureau. Pour cela, n’hésitez pas à le leur expliquer par la parole bien sûr, ou de manière implicite (fermez la porte de votre pièce, arrêtez la musique, etc.).

À l’inverse, dès que vous quittez cet espace et ce temps, coupez-vous de toute distraction professionnelle et revenez totalement à votre vie personnelle (que vous aurez aussi planifiée à l’avance). De la même manière que vous avez fait comprendre à vos enfants que vous étiez tout à l’heure dans votre sphère professionnelle, recréez les conditions habituelles de votre vie personnelle et offrez-leur toute votre attention.

Si cela est nécessaire, prévoyez un moment d’entre-deux, un substitut aux transports en commun ou à la marche qui sépare habituellement votre domicile à votre travail, et qui vous permettra de vous relier à la sphère souhaitée. Créez-vous un espace de liberté durant lequel vous pourrez faire ce dont vous avez envie. Un peu de sport, des étirements, une séance de yoga ou de méditation par exemple.

Ces habitudes ne doivent pas pour autant ôter au travail à domicile le charme de la flexibilité ! Alors, si vous en avez la possibilité, variez les plaisirs !

À titre personnel, j’aime apporter quelques changements à mon décor de travail : sur ma terrasse quand le temps le permet, à mon bureau le matin, dans un endroit plus confortable l’après-midi.

Changer d’atmosphère de travail permet de maintenir un niveau de concentration élevé, et, pour ma part, de faire circuler plus librement l’énergie créative.

 

Amener plus de conscience dans ses habitudes de travail

1. Apprendre à ne faire qu’une chose à la fois

Au bureau, d’habitude, le rythme est intense et nous n’avons souvent pas d’autre choix que de faire plusieurs choses à la fois. Le problème est qu’en faisant cela, notre attention se divise, court d’une tâche à l’autre et donne le tournis à notre concentration qui ne sait plus où donner de la tête.

Puisque le rythme du confinement est autrement plus lent, je vous conseille donc d’en profiter pour vous exercer au « single-tasking » (pour les anglophones et les amateurs de google trad, un article intéressant ici).

Cela vous permettra de placer votre attention dans le moment présent, d’améliorer la qualité de votre concentration et d’obtenir de meilleurs résultats.

Pour vous aider à devenir « single-task » :

  • rien de mieux qu’une to-do-list parfaitement organisée, en fixant vos priorités et le timing accordé à chacune.
  • préparez-vous à l’imprévu ! Laissez chaque jour un peu d’espace dans votre planning que vous pourrez utiliser en cas d’imprévu.
  • apprenez à dire non et/ou vous libérer d’engagements à l’égard de vos collègues qui n’ont pas d’utilité immédiate pour vous. Votre générosité est louable, mais ne laissez pas les autres en profiter.

2. Ecouter ce que les autres ont à nous dire

Vous le savez, la qualité d’écoute accordée à l’autre est souvent très faible, car passée au filtre de nos projections, de nos préjugés, de nos croyances, de nos constructions personnelles, etc.

Alors, puisque le confinement fédère la majorité de vos collègues autour d’un même combat, et qu’il casse les codes de communication habituels, profitez de cette opportunité pour vous ouvrir à eux.

Sur la forme d’abord, changez les habitudes : pourquoi ne pas vous retrouver autour d’un café skype ou d’un e-afterwork par exemple ?

Sur le contenu ensuite, durant ces occasions, écoutez non seulement ce qu’ils ont à vous dire, mais aussi leur langage non-verbal, (si vidéo) c’est-à-dire le langage du corps (posture, rythme de la respiration, mimiques, gestuelle, etc.). Prenez le temps de les écouter, sans jugement et pleinement ancré dans l’instant présent.

Consacrez-leur votre entière présence et votre bienveillance et remarquez comme cela modifie votre comportement et celui des autres.

 

S’accorder des moments de pleine conscience

Quel meilleur moment que le travail depuis le confort de son domicile pour s’exercer à la pratique de la Pleine Conscience ?

Que vous n’ayez pas osé jusque-là par peur du regard des autres ou que vous ayez toujours repoussé à plus tard, le confinement vous donne la parfaite opportunité d’intégrer la pleine conscience dans la routine quotidienne de votre sphère professionnelle !

Je vous propose quelques exercices ci-dessous, à effectuer sans modération, que vous ressentiez un simple stress ou soyez pris de quintes d’incertitude !

1. Prendre le temps d’une respiration

À tout moment, prenez le temps d’une respiration en Pleine Conscience. Elle vous permettra de ralentir la course de vos pensées, d’éclaircir un peu le ciel de votre mental et donc d’apporter à votre problème une solution plus appropriée.

Cette respiration peut être prise n’importe quand et n’importe où ! Derrière votre ordinateur, par exemple. Si vous le pouvez, fermez les yeux, sinon, ce n’est pas grave :

  1. Prenez trois grandes inspirations par le nez, trois grandes expirations par la bouche.
  2. Revenez au rythme naturel de votre respiration, en portant votre attention sur les mouvements de l’air qui entre dans les narines jusqu’à l’abdomen, et qui ressort.
  3. Comptez “1” à l’inspiration, “2” à l’expiration, jusqu’à 10. 4.Recommencez autant de fois que vous le désirez.

Ce simple exercice vous apportera immédiatement calme et sérénité.

2. Se déplacer en pleine conscience

Vous vous dirigez vers la cuisine pour préparer un bon café après deux grosses heures de travail ? Plutôt que de laisser votre pilote automatique se charger de vous y emmener, profitez-en pour vous reconnecter à l’instant présent.

Pour cela, portez votre attention à chacun de vos pas et uniquement sur vos pas. Remarquez la façon dont vos pieds, l’un après l’autre, se posent sur le sol et la manière dont ils le quittent.

Comme pour la respiration tout à l’heure, comptez chacun de vos pas. Si vous le pouvez, ralentissez un peu, afin de faire revenir à votre corps toute votre attention.

Avant de revenir à votre bureau, remarquez comme votre esprit est plus clair que lorsque vous l’avez quitté.

3. Faire des pauses en pleine conscience

Le soleil brille dehors ? Ouvrez votre fenêtre ou allez sur votre balcon et prenez quelques instants pour vous relier à votre respiration, pour laisser votre corps et votre esprit s’apaiser.

Inspirez les rayons chauds du soleil. Laissez votre corps tout entier s’infuser de sa lumière.

Remarquez qu’il est source de vie et baignez un instant dans cette énergie lumineuse et créatrice.

4. Prévoir des rappels à être plus conscient

Jouez avec le temps : vous pouvez par exemple demander à votre téléphone de vibrer discrètement toutes les heures, et de faire une micro-pause afin de reconnecter votre mental à votre corps.

Jouez avec votre environnement : pourquoi ne pas écrire des mantras qui vous inspirent sur des post-it placés à des endroits astucieux de votre bureau ?

Faîtes preuve d’imagination !

 

Jouer, c’est le maître-mot ! Essayez chacun des exercices ci-dessus, remarquez celui ou ceux qui fonctionne(nt) le plus pour vous et adaptez-le(s) à l’environnement qui est le vôtre et à vos envies.

Très vite, vous verrez qu’ils sont très faciles à reproduire au bureau lorsque cette période de confinement sera terminée, et que vous ne pourrez plus vous en passer !

4 thoughts on “Comment Apporter Plus De Conscience Dans Le Travail à Domicile Confiné

  1. Coucou Brieg,

    Bon je crois que j’ai que des “mauvaises” habitudes de travail à domicile, je bosse souvent depuis mon lit, j’ai du mal à respecter des horaires et je suis souvent encore connectée à la nuit tombée… mais je me soigne ! Depuis le confinement, je me suis tout de même aménagée un petit bureau et même si pour l’instant mon canap’ me fait les yeux doux je sais que cette nouvelle habitude me sera bénéfique. Comme tu le dis tout est “blurred” et encore plus en ce moment où les espaces de vie sont devenus des espaces de travail, sans temps d’adaptation et ce parfois dans de très petits espaces à partager à plusieurs 🤪

    Dans tes conseils, le fait de faire une chose à la fois et d’être donc bien concentrée ainsi que les pauses qui “rythment” mon temps fonctionnent bien pour moi. Je vais essayer d’être plus consciente dans mes déplacements (ça m’évitera peut être de me retrouver le nez dans le chocolat sans même m’être rendue compte que j’étais dans la cuisine 🤣) et j’ai bien envie de tester de “jouer” avec mon environnement aussi 😊

  2. Coucou Camille,

    Ahah 😊, rien ne t’empêche de répondre favorablement aux sirènes de ton canapé dans l’après-midi après une bonne matinée d’écriture dans ton coin bureau. C’est une manière de se récompenser et de varier un peu les plaisirs. L’essentiel à mes yeux, en tout cas lorsque l’on s’adonne à des activités créatives, est de garder une posture bien droite – les chakras bien alignés – pour favoriser la circulation d’énergies créatives et le niveau d’attention !

    Chez moi, le confinement a provoqué l’effet inverse ! Léa m’a volé ma place sur le bureau 😅😅

  3. Coucou Brieg
    C’est clair que beaucoup n’étaient pas du tout préparés à faire du télétravail. Ensuite, il faut aussi une sacrée organisation, mais je trouve qu’au final c’est assez plaisant. Sans doute ensuite est-ce une question de personnalité. En tout cas après tout ça plus d’entreprises le mettront peut être au point !
    A bientôt !
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

  4. Coucou Audrey,

    Exactement, si cela peut amener davantage de flexibilité dans les modes de travail, ce serait une très bonne chose.
    Pas mal de choses à dire sur ce sujet d’ailleurs, je crois que je vais y consacrer un article très prochainement !

    À bientôt 🙂
    Brieg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *